L’Art Nouveau dans Città Alta et ses collines.

Description

Qui l’aurait dit que Città Alta, le cœur de la Bergame médiévale, cachât des endroits d’Art Nouveau ? D’intéressantes nouveautés introduites à cette période ne manquent pas, avant tout les funiculaires ! L’itinéraire vous permet de regarder le centre-ville avec un regard différent et, en sortant des murailles, de vous promener à travers les rues tranquilles qui emmènent vers le Parc des Collines. Ici un harmonieux équilibre se préserve entre villas, palais, nature et espaces verts. Le contexte parfait pour les façades élégantes de l’Art Nouveau, avec des fresques et des sculptures qui imitent les formes de la nature.


La ville n’est pas seulement un écrin de beaux monuments et palais, mais aussi un lieu vif qui s’adapte au cours du temps aux habitudes et aux nécessités de ses habitants. Ici aussi, pendant les années entre le XIXème et le XXème siècle on assistait à l’ouverture du boulevard des Murailles, à la conception des funiculaires, à la construction de services publics tels que les lavoirs et au développement des quartiers résidentiels de la zone des collines. Sans oublier l’attention aux monuments anciens : l’arrangement du Baptistère sur Piazza Duomo ou la réalisation de la grille de la Chapelle Colleoni, aux quels travailla Virginio Muzio, le même auteur de quelques uns parmi les édifices les plus beaux de l’Art Nouveau de Bergame (Maison Paleni, Restaurant Belvedere et Villa Muzio). 

Vers les collines naissait d’ailleurs une nouvelle zone résidentielle et, en 1912 le second funiculaire, celui qui permet encore aujourd’hui d’atteindre S. Vigilio, l’endroit plus haut de Bergame, fut inauguré. En suivant les rues Sudorno et Torni on atteint quelques exemples d’Art Nouveau où l’architecture dialogue avec la nature environnante. Des motifs inspirés des formes des fleurs et des feuilles, des fresques raffinées et élégantes s’insèrent en une atmosphère d’harmonie et de tranquillité, préservée jusqu’à nos jours grâce à l’institution, en 1977, du Parc des Collines qui a règlementé la possibilité de construction dans l’aire.

Au-delà de l’Art Nouveau, les milles faces de Bergame. De magnifiques palais, églises et monuments d’autres époques et d’autres styles se rencontrent en parcourant cet itinéraire. Pour en savoir plus : « Les Routes de l’Histoire » et « Les Routes du Vert ».

Continuer

Qui l’aurait dit que Città Alta, le cœur de la Bergame médiévale, cachât des endroits d’Art Nouveau ? D’intéressantes nouveautés introduites à cette période ne manquent pas, avant tout les funiculaires ! L’itinéraire vous permet de regarder le centre-ville avec un regard différent et, en sortant des murailles, de vous promener à travers les rues tranquilles qui emmènent vers le Parc des Collines. Ici un harmonieux équilibre se préserve entre villas, palais, nature et espaces verts. Le contexte parfait pour les façades élégantes de l’Art Nouveau, avec des fresques et des sculptures qui imitent les formes de la nature.


La ville n’est pas seulement un écrin de beaux monuments et palais, mais aussi un lieu vif qui s’adapte au cours du temps aux habitudes et aux nécessités de ses habitants. Ici aussi, pendant les années entre le XIXème et le XXème siècle on assistait à l’ouverture du boulevard des Murailles, à la conception des funiculaires, à la construction de services publics tels que les lavoirs et au développement des quartiers résidentiels de la zone des collines. Sans oublier l’attention aux monuments anciens : l’arrangement du Baptistère sur Piazza Duomo ou la réalisation de la grille de la Chapelle Colleoni, aux quels travailla Virginio Muzio, le même auteur de quelques uns parmi les édifices les plus beaux de l’Art Nouveau de Bergame (Maison Paleni, Restaurant Belvedere et Villa Muzio). 

Vers les collines naissait d’ailleurs une nouvelle zone résidentielle et, en 1912 le second funiculaire, celui qui permet encore aujourd’hui d’atteindre S. Vigilio, l’endroit plus haut de Bergame, fut inauguré. En suivant les rues Sudorno et Torni on atteint quelques exemples d’Art Nouveau où l’architecture dialogue avec la nature environnante. Des motifs inspirés des formes des fleurs et des feuilles, des fresques raffinées et élégantes s’insèrent en une atmosphère d’harmonie et de tranquillité, préservée jusqu’à nos jours grâce à l’institution, en 1977, du Parc des Collines qui a règlementé la possibilité de construction dans l’aire.

Au-delà de l’Art Nouveau, les milles faces de Bergame. De magnifiques palais, églises et monuments d’autres époques et d’autres styles se rencontrent en parcourant cet itinéraire. Pour en savoir plus : « Les Routes de l’Histoire » et « Les Routes du Vert ».

Du funiculaire au lavoir de rue Mario Lupo. Entre moyen age et modernité

Quand vous arrivez dans Città Alta avec le funiculaire, arrêtez-vous pour regarder la station supérieure, où moyen âge et modernité se rencontrent. La zone d’où les deux trains partent et arrivent était une fois la cour du palais de Guidino Suardi (vous pouvez encore voir son portrait sur la façade extérieure). L’aspect moderne des intérieurs reprend des éléments stylistiques du moyen âge, tels que les élégants vitraux qui ferment les arcs brisés de la vieille cour et qui font accéder au Café. En sortant de la station vous pouvez parcourir un passage alternatif à la rue centrale Gombito en traversant la petite place Angelini jusqu’à atteindre le Lavoir de via Mario Lupo (1891). Des motifs d’Art Nouveau se reconnaissent dans les colonnes de la couverture réalisée en métal et tôle, des matériaux typiques de la période. La place où vous vous trouvez est un endroit vert agréable et il est nommé d’après de l’ingénieur Luigi Angelini qui en conçut l’agrandissement et ouvra le passage à peine parcouru dans le cadre d’une importante réorganisation urbanistique (Le Plan d’Amélioration de l’Habitat de Bergamo Alta approuvé par le Conseil Supérieur des Travaux Publics en 1935). Vous pouvez vous arrêter ici pour une pause et admirer l’haute tour médiévale appelée du Gombito, qui se dresse de 52 mètres. 

Continuer

Quand vous arrivez dans Città Alta avec le funiculaire, arrêtez-vous pour regarder la station supérieure, où moyen âge et modernité se rencontrent. La zone d’où les deux trains partent et arrivent était une fois la cour du palais de Guidino Suardi (vous pouvez encore voir son portrait sur la façade extérieure). L’aspect moderne des intérieurs reprend des éléments stylistiques du moyen âge, tels que les élégants vitraux qui ferment les arcs brisés de la vieille cour et qui font accéder au Café. En sortant de la station vous pouvez parcourir un passage alternatif à la rue centrale Gombito en traversant la petite place Angelini jusqu’à atteindre le Lavoir de via Mario Lupo (1891). Des motifs d’Art Nouveau se reconnaissent dans les colonnes de la couverture réalisée en métal et tôle, des matériaux typiques de la période. La place où vous vous trouvez est un endroit vert agréable et il est nommé d’après de l’ingénieur Luigi Angelini qui en conçut l’agrandissement et ouvra le passage à peine parcouru dans le cadre d’une importante réorganisation urbanistique (Le Plan d’Amélioration de l’Habitat de Bergamo Alta approuvé par le Conseil Supérieur des Travaux Publics en 1935). Vous pouvez vous arrêter ici pour une pause et admirer l’haute tour médiévale appelée du Gombito, qui se dresse de 52 mètres. 

1Funiculaire de la ville

Depuis plus de 120 ans, le funiculaire relie le centre de Bergame à la Città Alta, plus précisément à Piazza Mercato delle Scarpe (Place Marché des Chaussures), qui abritait déjà de nombreuses entreprises. En 1430, cette place est dédiée exclusivement à la vente de chaussures, tandis que le palais qui la domine et qui abrite aujourd'hui la station du funiculaire était la maison de la corporation des cordonniers.
Le funiculaire de la ville est extrêmement populaire auprès des bergamasques, qui ne pourraient pas faire sans: quel autre moyen de transport vous permet de voyager dans l'histoire à travers les anciennes murailles vénitiennes qui, dans le passé, défendaient Bergame d'une attaque ennemie? Deux beaux wagons montent et descendent plongés dans des jardins fleuris et des vues uniques: les journées de ciel clair, vous pouvez profiter d'une vue fantastique sur toute la vallée du Pô et même voir les Apennins!

Plus d’informations

2Lavatoio (ancien lavoir)

Un long bassin de marbre blanc, divisé en plusieurs parties, avec une élégante couverture en fonte et en tôle. Le lavoir de rue Lupo en Città Alta, construit en 1891, représente toujours un modèle en termes de design.

Équipé d'un système d'approvisionnement d’eau, d'un déchargement du surplus, d'un processus d'évacuation de l'eau sale après lavage et d'une gouttière récoltant les projections d'eau produites pendant le lavage, le lavoir se montre efficace et fonctionnel.

D'ailleurs, à l’époque les conditions d'hygiène dans lesquelles Bergame se trouvait étaient vraiment précaires : une épidémie de choléra en 1884 avait frappé la ville et les médecins avaient noté la mauvaise qualité de l'eau dans Città Alta, qui favorisait la diffusion du typhus, maladie très contagieuse et souvent mortelle qui réapparaît chaque été. Pour essayer d’y remédier, la ville de Bergame décida donc de construire un certain nombre de lavoirs publics : outre celui de rue Lupo, furent construits celui de rue Boccola et celui dans Borgo Canale.
Le Lavoir de rue Lupo resta en usage jusqu'aux années Cinquante et aujourd'hui il est soigneusement préservé comme un souvenir précieux du passé.

Plus d’informations

De Colle Aperto à Sudorno

Sur place Colle Aperto, à côté de la Porte Sant’Alessandro, vous noterez une suggestive villa entourée par les arbres d’un jardin, reconnaissable par l’élégante fresque représentant une figure féminine. Ici habitait l’architecte Virginio Muzio. En franchissant la Porte Sant’Alessandro, une promenade dans le vert dévoile d’autres intéressantes divagations dans l’Art Nouveau. Le long de rue San Vigilio, de splendides villas furent construites aux débuts du XXème siècle, à l’occasion de la construction du funiculaire, en activité de 1912. En s’engageant d’ailleurs dans rue Sudorno, sur la droite, au numéro 18 vous trouvez l’École Maternelle (1910 c.a.) avec de très belles fresques : entre les rameaux entrelacés  des arbres peints sur toute la longueur de la façade, il y a les lettres de l’alphabet et les emblèmes et les portraits des personnages illustres de Bergame. Vous pouvez reconnaître l’emblème de la famille Colleoni, celui des Tasso et la figure de Gaetano Donizetti, le grand compositeur né à peu de pas d’ici. Plus loin sur la gauche une villa (6, rue Sudorno, 1920 environ) montre un goût d’art nouveau dans les cadres de la façade, dans les piliers donnant sur la rue et dans le portail d’entré. En poursuivant la promenade vous pourrez admirer le panorama des collines.

Continuer

Sur place Colle Aperto, à côté de la Porte Sant’Alessandro, vous noterez une suggestive villa entourée par les arbres d’un jardin, reconnaissable par l’élégante fresque représentant une figure féminine. Ici habitait l’architecte Virginio Muzio. En franchissant la Porte Sant’Alessandro, une promenade dans le vert dévoile d’autres intéressantes divagations dans l’Art Nouveau. Le long de rue San Vigilio, de splendides villas furent construites aux débuts du XXème siècle, à l’occasion de la construction du funiculaire, en activité de 1912. En s’engageant d’ailleurs dans rue Sudorno, sur la droite, au numéro 18 vous trouvez l’École Maternelle (1910 c.a.) avec de très belles fresques : entre les rameaux entrelacés  des arbres peints sur toute la longueur de la façade, il y a les lettres de l’alphabet et les emblèmes et les portraits des personnages illustres de Bergame. Vous pouvez reconnaître l’emblème de la famille Colleoni, celui des Tasso et la figure de Gaetano Donizetti, le grand compositeur né à peu de pas d’ici. Plus loin sur la gauche une villa (6, rue Sudorno, 1920 environ) montre un goût d’art nouveau dans les cadres de la façade, dans les piliers donnant sur la rue et dans le portail d’entré. En poursuivant la promenade vous pourrez admirer le panorama des collines.

3Villa Muzio

Virginio Muzio fut un architecte bergamasque très actif à la fin du XIXème siècle surtout dans la rénovation, dans le complètement et l’agrandissement d’édifices religieux en ville et dans la province : la façade de l’église paroissiale d’Alzano Lombardo, le parvis et la galerie de l’église paroissiale de Clusone, les rénovations de la Maison de l’Archiprêtre et du Couvent de Sant’Agostino, la recomposition du Baptistère de Santa Maria Maggiore. Et pas seulement, il fut parmi les premiers à apporter à Bergame le style Art Nouveau dans des édifices tels que la Maison Paleni et le Restaurant Belvedere.

La maison que vous êtes en train d’admirer était la demeure de l’architecte Muzio, conçue par lui-même en 1902 et enrichie de raffinés éléments Art Nouveau. Le cœur de Villa Muzio n’est pas sa façade, mais un des coins qui à l’intérieur corresponde à la cage des escaliers et à l’extérieur devient un élément décoratif avec sa forme cylindrique, la couverture polygonale et la décoration peinte. La figure féminine dans la fresque accueille les hôtes qui rentrent par le portail  pour piétons. Des motifs floraux, en harmonie avec la nature environnante, sont présents dans le sous-avant-toit, sur les arcs des fenêtres et sur la belle grille.

Plus d’informations

DE RUE SUDORNO À RUE TORNI. FRESQUES DANS LE VERT.

Sur place Colle Aperto, à côté de la Porte Sant’Alessandro, vous noterez une suggestive villa entourée par les arbres d’un jardin, reconnaissable par l’élégante fresque représentant une figure féminine. Ici habitait l’architecte Virginio Muzio. En franchissant la Porte Sant’Alessandro, une promenade dans le vert dévoile d’autres intéressantes divagations dans l’Art Nouveau. Le long de rue San Vigilio, de splendides villas furent construites aux débuts du XXème siècle, à l’occasion de la construction du funiculaire, en activité de 1912.

En s’engageant d’ailleurs dans rue Sudorno, sur la droite, au numéro 18 vous trouvez l’École Maternelle (1910 c.a.) avec de très belles fresques : entre les rameaux entrelacés  des arbres peints sur toute la longueur de la façade, il y a les lettres de l’alphabet et les emblèmes et les portraits des personnages illustres de Bergame. Vous pouvez reconnaître l’emblème de la famille Colleoni, celui des Tasso et la figure de Gaetano Donizetti, le grand compositeur né à peu de pas d’ici. Plus loin sur la gauche une villa (6, rue Sudorno, 1920 environ) montre un goût d’art nouveau dans les cadres de la façade, dans les piliers donnant sur la rue et dans le portail d’entré. En poursuivant la promenade vous pourrez admirer le panorama des collines.

Continuer

Sur place Colle Aperto, à côté de la Porte Sant’Alessandro, vous noterez une suggestive villa entourée par les arbres d’un jardin, reconnaissable par l’élégante fresque représentant une figure féminine. Ici habitait l’architecte Virginio Muzio. En franchissant la Porte Sant’Alessandro, une promenade dans le vert dévoile d’autres intéressantes divagations dans l’Art Nouveau. Le long de rue San Vigilio, de splendides villas furent construites aux débuts du XXème siècle, à l’occasion de la construction du funiculaire, en activité de 1912.

En s’engageant d’ailleurs dans rue Sudorno, sur la droite, au numéro 18 vous trouvez l’École Maternelle (1910 c.a.) avec de très belles fresques : entre les rameaux entrelacés  des arbres peints sur toute la longueur de la façade, il y a les lettres de l’alphabet et les emblèmes et les portraits des personnages illustres de Bergame. Vous pouvez reconnaître l’emblème de la famille Colleoni, celui des Tasso et la figure de Gaetano Donizetti, le grand compositeur né à peu de pas d’ici. Plus loin sur la gauche une villa (6, rue Sudorno, 1920 environ) montre un goût d’art nouveau dans les cadres de la façade, dans les piliers donnant sur la rue et dans le portail d’entré. En poursuivant la promenade vous pourrez admirer le panorama des collines.

4Restaurant Belvedere

L’édifice qui abritait le Restaurant Belvedere et qui aujourd’hui a été reconverti en logement privé fut conçu par Virginio Muzio. L’architecte, engagé dans de nombreuses interventions dans la ville, eut ici la possibilité d’utiliser les élégantes formes de l’Art Nouveau, qui étaient appropriées à cet endroit de détente.

Selon le principe de l’harmonisation d’architecture et de nature, Muzio modifia un édifice préexistant et choisit une forme inusuelle, qui se marie parfaitement avec son utilisation finale et avec l’environnement entourant. Deux constructions basses, au dessus desquelles il réalise deux terrasses conjointes  de la cour de l’entré, elle aussi donnant sur le panorama qui s’ouvre sur les collines.

L’arc en fer forgé qui accueillait les hôtes, avec sa légèreté et son élégance, est l’un des plus beaux travaux en fer forgé de la ville.

Plus d’informations

5Villa Neri

Aux débuts du XXème siècle la famille Neri décida d’agrandir et de rénover leur villa, en saisissant l’opportunité de l’enrichir avec de raffinées décorations Art Nouveau.

La villa est entourée par un jardin et plongée dans l’atmosphère tranquille des rues qui de la ville emmènent vers les collines et la Vallée d’Astino. La façade sur le bord de la rue a été enrichie par des fresques magnifiques.

Les élégantes figures féminines rappellent celles des tableaux préraphaélites et des affiches publicitaires de l’époque. Elles furent probablement peintes par l’artiste bergamasque Achille Filippini Fantoni. À compléter la décoration, des motifs floraux, peints toujours en fresque, qui imitent la végétation environnante.

Plus d’informations