Camerata Cornello • • Visit Bergamo

Camerata Cornello

Description

Si vous visitez Cornello dei Tasso, qui appartient à la commune de Camerata Cornello, il vous semblera faire un bond en arrière dans le temps, en plein Moyen Age. En faite, ce bourg, à juste titre compté parmi les plus beaux d'Italie, se dresse sur un éperon rocheux dominant la rivière du Brembo. Pour y accéder, vous ne disposez que de deux façons: à pied ou par des chemins muletiers, anciens chemins de terre non pavés. Son isolement séculaire, cependant, a été la chance du village car il a permis de garder intacte sa structure urbaine ancienne.

Mais Cornello a beaucoup d'autres choses à vous faire découvrir : au Musée du Tasso et de l’Histoire Postale vous trouverez plusieurs documents relatifs à l'activité de la noble et ancienne famille Tasso, originaire du bourg, qui a joué un rôle très important dans les communications au niveau européen, inventant le service postal et aussi le taxi. Ne manquez pas le célèbre Penny Black, le premier timbre émis au monde!

Et enfin: Camerata Cornello a aussi un passé de criminalité ... au début du XXe siècle un de ses habitants devient le protagoniste d'un massacre impitoyable. Continuez la lecture et découvrez les détails !


Le taxi, comme expliqué avant, est une évolution du service postal européen né de l'initiative de la famille Tasso qui, avec son travail zélé et ponctuel, gagne la confiance des monarques. Elle reçoit ainsi plusieurs autres taches, y compris le transport de recettes fiscales. Pour l’effectuer elle utilise des chariots dans lesquels, parfois, sont également accompagnés des passagers. De cette façon naît l'embryon du service qui prendra le nom de la famille, "tassì" jusqu’au "taxi" actuel.

Les documents conservés aux Archives de l'État de Bergame et à la Paroisse de Camerata Cornello certifient que la famille Tasso est originaire du village médiéval de Cornello : le fondateur est Omodeo, déjà mentionné en 1251.

Ses descendants sont très actifs : au cours des siècles suivants, certains sont parmi les fondateurs et dirigeants de la Société des Courriers de la Sérénissime qui s’occupait des connexions sur les lignes Milan-Venise et Venise-Rome, d'autres organisent la Poste Pontificale, d'autres encore récupèrent les contrats pour les communications par poste de l'Empire Austro-hongrois, devenant pour des siècles les maîtres généraux de la Poste impériale. Au XVIIe siècle, la branche allemande de la famille, connue sous le nom de Thurn und Taxis, obtient même le titre princier.

Cornello dei Tasso se situe maintenant dans un endroit isolé, le long de l'ancienne route de la « Via Mercatorum », mais cela n'a pas toujours été comme-ça. Cette route menant à Valtellina, pour un certain temps encourage les entreprises et fait de Cornello le siège le plus important du marché de la vallée. Pourtant, avec la construction de la route Priula dans le fond de la vallée à la fin de 1500, le bourg est, de fait, coupé des trafics les plus importants.

Le tissu urbain de Cornello se caractérise par la stratification de quatre niveaux de bâtiments. Les deux premiers niveaux sont composés de bâtiments de fortifications horizontales et d’une route à colonnades surmonté par des arcs de pierre. Le troisième niveau d’installation, plus ouvert, est occupé par des maisons, y compris le palais de la famille Tasso, séparé des autres maisons et situé sur un rocher sur le côté sud du village, avec pour fonction de garder la vallée. Dans le quatrième niveau se situe l'église de SS. Corneille et Cyprien dotée d’un clocher roman, très rare dans le Val Brembana.  A l'intérieur du bâtiment, le long des murs, vous pourrez admirer un cycle de fresques très complexe pour ses sujets et ses styles ; on suppose que, parmi les peintres, il peut y avoir le Baschenis di Averara. Enfin, sur le cadre de la lame avec la Crucifixion de 1635, le blason de la famille Tasso est bien visible, avec le cor postal et le blaireau.

Noir

Si vous entendez un bergamasque dire «Faccio come Pianetti » (je fais comme Pianetti), vous feriez mieux de vous enfuir rapidement ! C’est en fait une référence à un épisode violent et sanglant qui est arrivé à Camerata Cornello quand Simone Pianetti tua sept personnes, puis il réussit à échapper à la capture. Originaire du petit quartier de Lavaggi, fraction de Camerata Cornello, il émigre à New York pour chercher fortune. A son retour à Val Brembana, à cause de calomnies locales, il tombe dans la misère et commence à méditer sa vengeance contre ceux qui l'ont mis dans cette situation. Le 13 Juillet, 1914 il tue, dans l'ordre: Domenico Morali, médecin des pays de Camerata Cornello et San Giovanni Bianco, le secrétaire de mairie Abramo Giudici et sa fille Valeria, le cordonnier Giovanni Ghilardi, le curé Don Camillo Filippi, le messager municipale Giovanni Giupponi et Caterina Milesi (avec qui il avait un différend). Après le massacre il disparaît dans les montagnes. Pendant ce temps, les gens commencent à le voir comme une sorte de Robin des Bois et un libérateur, comparé aux pouvoirs en place (maire, médecin, etc.); sa fuite dans la haute Val Brembana est facilité par la complicité des mineurs de charbon et des bergers qui y vivent. Incertaines et contradictoires les informations sur le sort de Pianetti : qui le donne pour réfugié à la montagne pendant de nombreuses années, qui le croit mort peu après sa rencontre avec son fils, qui le voit émigré en Amérique. Ce qui est certain c'est que son personnage est encore l'objet de légendes, d’histoires, de contes populaires, ainsi que le protagoniste de récentes publications et de chansons de groupes musicaux de Bergame, y compris les Folkstone et les Cucine SCS.

Continuer

Si vous visitez Cornello dei Tasso, qui appartient à la commune de Camerata Cornello, il vous semblera faire un bond en arrière dans le temps, en plein Moyen Age. En faite, ce bourg, à juste titre compté parmi les plus beaux d'Italie, se dresse sur un éperon rocheux dominant la rivière du Brembo. Pour y accéder, vous ne disposez que de deux façons: à pied ou par des chemins muletiers, anciens chemins de terre non pavés. Son isolement séculaire, cependant, a été la chance du village car il a permis de garder intacte sa structure urbaine ancienne.

Mais Cornello a beaucoup d'autres choses à vous faire découvrir : au Musée du Tasso et de l’Histoire Postale vous trouverez plusieurs documents relatifs à l'activité de la noble et ancienne famille Tasso, originaire du bourg, qui a joué un rôle très important dans les communications au niveau européen, inventant le service postal et aussi le taxi. Ne manquez pas le célèbre Penny Black, le premier timbre émis au monde!

Et enfin: Camerata Cornello a aussi un passé de criminalité ... au début du XXe siècle un de ses habitants devient le protagoniste d'un massacre impitoyable. Continuez la lecture et découvrez les détails !


Le taxi, comme expliqué avant, est une évolution du service postal européen né de l'initiative de la famille Tasso qui, avec son travail zélé et ponctuel, gagne la confiance des monarques. Elle reçoit ainsi plusieurs autres taches, y compris le transport de recettes fiscales. Pour l’effectuer elle utilise des chariots dans lesquels, parfois, sont également accompagnés des passagers. De cette façon naît l'embryon du service qui prendra le nom de la famille, "tassì" jusqu’au "taxi" actuel.

Les documents conservés aux Archives de l'État de Bergame et à la Paroisse de Camerata Cornello certifient que la famille Tasso est originaire du village médiéval de Cornello : le fondateur est Omodeo, déjà mentionné en 1251.

Ses descendants sont très actifs : au cours des siècles suivants, certains sont parmi les fondateurs et dirigeants de la Société des Courriers de la Sérénissime qui s’occupait des connexions sur les lignes Milan-Venise et Venise-Rome, d'autres organisent la Poste Pontificale, d'autres encore récupèrent les contrats pour les communications par poste de l'Empire Austro-hongrois, devenant pour des siècles les maîtres généraux de la Poste impériale. Au XVIIe siècle, la branche allemande de la famille, connue sous le nom de Thurn und Taxis, obtient même le titre princier.

Cornello dei Tasso se situe maintenant dans un endroit isolé, le long de l'ancienne route de la « Via Mercatorum », mais cela n'a pas toujours été comme-ça. Cette route menant à Valtellina, pour un certain temps encourage les entreprises et fait de Cornello le siège le plus important du marché de la vallée. Pourtant, avec la construction de la route Priula dans le fond de la vallée à la fin de 1500, le bourg est, de fait, coupé des trafics les plus importants.

Le tissu urbain de Cornello se caractérise par la stratification de quatre niveaux de bâtiments. Les deux premiers niveaux sont composés de bâtiments de fortifications horizontales et d’une route à colonnades surmonté par des arcs de pierre. Le troisième niveau d’installation, plus ouvert, est occupé par des maisons, y compris le palais de la famille Tasso, séparé des autres maisons et situé sur un rocher sur le côté sud du village, avec pour fonction de garder la vallée. Dans le quatrième niveau se situe l'église de SS. Corneille et Cyprien dotée d’un clocher roman, très rare dans le Val Brembana.  A l'intérieur du bâtiment, le long des murs, vous pourrez admirer un cycle de fresques très complexe pour ses sujets et ses styles ; on suppose que, parmi les peintres, il peut y avoir le Baschenis di Averara. Enfin, sur le cadre de la lame avec la Crucifixion de 1635, le blason de la famille Tasso est bien visible, avec le cor postal et le blaireau.

Noir

Si vous entendez un bergamasque dire «Faccio come Pianetti » (je fais comme Pianetti), vous feriez mieux de vous enfuir rapidement ! C’est en fait une référence à un épisode violent et sanglant qui est arrivé à Camerata Cornello quand Simone Pianetti tua sept personnes, puis il réussit à échapper à la capture. Originaire du petit quartier de Lavaggi, fraction de Camerata Cornello, il émigre à New York pour chercher fortune. A son retour à Val Brembana, à cause de calomnies locales, il tombe dans la misère et commence à méditer sa vengeance contre ceux qui l'ont mis dans cette situation. Le 13 Juillet, 1914 il tue, dans l'ordre: Domenico Morali, médecin des pays de Camerata Cornello et San Giovanni Bianco, le secrétaire de mairie Abramo Giudici et sa fille Valeria, le cordonnier Giovanni Ghilardi, le curé Don Camillo Filippi, le messager municipale Giovanni Giupponi et Caterina Milesi (avec qui il avait un différend). Après le massacre il disparaît dans les montagnes. Pendant ce temps, les gens commencent à le voir comme une sorte de Robin des Bois et un libérateur, comparé aux pouvoirs en place (maire, médecin, etc.); sa fuite dans la haute Val Brembana est facilité par la complicité des mineurs de charbon et des bergers qui y vivent. Incertaines et contradictoires les informations sur le sort de Pianetti : qui le donne pour réfugié à la montagne pendant de nombreuses années, qui le croit mort peu après sa rencontre avec son fils, qui le voit émigré en Amérique. Ce qui est certain c'est que son personnage est encore l'objet de légendes, d’histoires, de contes populaires, ainsi que le protagoniste de récentes publications et de chansons de groupes musicaux de Bergame, y compris les Folkstone et les Cucine SCS.