Basilique S.Maria Maggiore • • Visit Bergamo

Basilique S.Maria Maggiore

Description

Il y a un lien profond et ancien entre la ville et la basilique de Santa Maria Maggiore, qui vient probablement des conditions uniques de sa construction. Au début des années 1100, une terrible épidémie de peste se répand en Europe, semant la mort et la désolation. Les habitants de Bergame décident alors de demander l'aide à la Madone : si elle les protège de l'infection, ils lui dédieront une église comme remerciement. Et puisque les bergamasques sont gens de parole, en 1137 ils donnent suite au vœu et sur Piazza Duomo en Città Alta construisent la Basilique de Santa Maria Maggiore. Ils font les choses en grand : l'église révèle immédiatement sa splendeur et est encore embellie au cours des siècles suivants. Fresques, stucs, tapisseries et marqueteries en bois faites sur les dessins du célèbre artiste Lorenzo Lotto décorent aujourd'hui l'intérieur de l'immeuble.
À l’intérieur de Santa Maria Maggiore, le tombeau de Gaetano Donizetti, le célèbre compositeur symbole et porte-parole de Bergame dans le monde, est également gardé.


La basilique est particulière car elle est caractérisée par l'absence d'une entrée centrale par la façade, qui était un mur unique avec l'immeuble d’à côté. Les quatre entrées de l'église sont en fait toutes latérales.

A la base des colonnes des protiros (petites arcades placées pour protéger et couvrir l'entrée principale de l'église) du XIVe siècle de Giovanni da Campione, quatre lions de marbre rouge et blanc gardent, impassibles et majestueux, les entrées nord et sud. Dans le côté nord, la porte appelé « dei Leoni rossi » (des Lions rouges) s’ouvre sur Piazza Duomo; le flanc sud donne sur Piazza Rosate avec le porte appelée « dei Leoni bianchi » (des Lions blancs). La coloration différente est donnée par le type de marbre utilisé : celui de Vérone pour les rouges et celui de Candoglia (Val d'Ossola, Piémont) pour les blancs.

Le site choisi n’est pas aléatoire : toujours considéré comme sacré, déjà à l'époque romaine il logeait un temple païen dédié à la Déesse de la Clémence, détruit après, et au VIIIe siècle, une nouvelle église dédiée à la Vierge fut construite.

Curiosité

Entre les deux portes sur le côté nord les anciennes mesures en vigueur à Bergame au cours de la période médiévale sont coincés dans le mur : le Capitium Comunis Pergami (Cavezzo - 2,63 mètres) et le Brachium (bras - 53,1 cm) auxquels les tisserands et les commerçants faisaient référence lorsqu'ils faisaient des affaires.

Notes: les panneaux de protection des marqueteries du Lotto seront enlevés seulement dans les jours fériés, eventuellement sur demande écrite à la MIA.

Continuer

Il y a un lien profond et ancien entre la ville et la basilique de Santa Maria Maggiore, qui vient probablement des conditions uniques de sa construction. Au début des années 1100, une terrible épidémie de peste se répand en Europe, semant la mort et la désolation. Les habitants de Bergame décident alors de demander l'aide à la Madone : si elle les protège de l'infection, ils lui dédieront une église comme remerciement. Et puisque les bergamasques sont gens de parole, en 1137 ils donnent suite au vœu et sur Piazza Duomo en Città Alta construisent la Basilique de Santa Maria Maggiore. Ils font les choses en grand : l'église révèle immédiatement sa splendeur et est encore embellie au cours des siècles suivants. Fresques, stucs, tapisseries et marqueteries en bois faites sur les dessins du célèbre artiste Lorenzo Lotto décorent aujourd'hui l'intérieur de l'immeuble.
À l’intérieur de Santa Maria Maggiore, le tombeau de Gaetano Donizetti, le célèbre compositeur symbole et porte-parole de Bergame dans le monde, est également gardé.


La basilique est particulière car elle est caractérisée par l'absence d'une entrée centrale par la façade, qui était un mur unique avec l'immeuble d’à côté. Les quatre entrées de l'église sont en fait toutes latérales.

A la base des colonnes des protiros (petites arcades placées pour protéger et couvrir l'entrée principale de l'église) du XIVe siècle de Giovanni da Campione, quatre lions de marbre rouge et blanc gardent, impassibles et majestueux, les entrées nord et sud. Dans le côté nord, la porte appelé « dei Leoni rossi » (des Lions rouges) s’ouvre sur Piazza Duomo; le flanc sud donne sur Piazza Rosate avec le porte appelée « dei Leoni bianchi » (des Lions blancs). La coloration différente est donnée par le type de marbre utilisé : celui de Vérone pour les rouges et celui de Candoglia (Val d'Ossola, Piémont) pour les blancs.

Le site choisi n’est pas aléatoire : toujours considéré comme sacré, déjà à l'époque romaine il logeait un temple païen dédié à la Déesse de la Clémence, détruit après, et au VIIIe siècle, une nouvelle église dédiée à la Vierge fut construite.

Curiosité

Entre les deux portes sur le côté nord les anciennes mesures en vigueur à Bergame au cours de la période médiévale sont coincés dans le mur : le Capitium Comunis Pergami (Cavezzo - 2,63 mètres) et le Brachium (bras - 53,1 cm) auxquels les tisserands et les commerçants faisaient référence lorsqu'ils faisaient des affaires.

Notes: les panneaux de protection des marqueteries du Lotto seront enlevés seulement dans les jours fériés, eventuellement sur demande écrite à la MIA.