MADONNA DELLE LACRIME PONTE NOSSA

Description

C'est dans la commune de Ponte Nossa, dans la localité de Campolongo que se trouve le sanctuaire de la Madonna delle Lacrime aussi appelé Madonna di Campolongo. C'est ici que l'on constata pour la première fois, les larmes de sang s'écoulant d'une image de la Vierge. L'histoire est amplement documentée et reconnue comme authentique : le 2 juin 1511 une jeune paysanne voit le visage de la vierge pleurer des larmes de sang. L'image qui fait l'objet de ce miracle est toujours conservée dans le sanctuaire. Parmi les œuvres d'art remarquables l'on cite le polyptyque du XVIe siècle attribué à l'école des Vivarini et quelques tablettes votives dédiées à la Vierge, autant de témoignages d'une grande foi populaire qui a fait de ce sanctuaire une des destinations les plus importantes des pèlerinages.

Néanmoins, ceux qui visiteront l'église ne pourront pas ignorer le gros crocodile empaillé qui trône sur l'entrée de droite, une anecdote raconte que ce reptile aurait été offert par un marchand à la fin du XVIe siècle.


Continuer

C'est dans la commune de Ponte Nossa, dans la localité de Campolongo que se trouve le sanctuaire de la Madonna delle Lacrime aussi appelé Madonna di Campolongo. C'est ici que l'on constata pour la première fois, les larmes de sang s'écoulant d'une image de la Vierge. L'histoire est amplement documentée et reconnue comme authentique : le 2 juin 1511 une jeune paysanne voit le visage de la vierge pleurer des larmes de sang. L'image qui fait l'objet de ce miracle est toujours conservée dans le sanctuaire. Parmi les œuvres d'art remarquables l'on cite le polyptyque du XVIe siècle attribué à l'école des Vivarini et quelques tablettes votives dédiées à la Vierge, autant de témoignages d'une grande foi populaire qui a fait de ce sanctuaire une des destinations les plus importantes des pèlerinages.

Néanmoins, ceux qui visiteront l'église ne pourront pas ignorer le gros crocodile empaillé qui trône sur l'entrée de droite, une anecdote raconte que ce reptile aurait été offert par un marchand à la fin du XVIe siècle.