Sanctuaire de la Cornabusa

Description

Niché dans une zone difficile à atteindre, entre des arbres, des rochers, se dressant entre le profil effilé des montagnes environnantes, le sanctuaire donne sur un scénario qui combine paix, expérience sensorielle et prière.

Ce lieu mystique a son origine dans la période des luttes entre Guelfes et Gibelins, entre 1350 et 1440. Pour échapper à la violence, des résidents locaux se cachent dans une « corna busa », qui dans le dialecte local signifie « creux naturel ». L'un d'eux apporte la statue en bois de la Vierge Marie, qu’il oublie dans l'atrium de la grotte quand, échappé au danger, il retourne au pays.

Le culte de la Madonna della Grotta, seulement après appelée « Madonna della Cornabusa » date d'une époque successive, quand une jeune fille sourde-muette, arrivée là-bas tandis qu'elle emmenait les moutons au pâturage, découvre la statue et récupère miraculeusement la voix et l'ouïe.

La statue vénérée a une hauteur de quatre-vingts centimètres et elle a été sculpté dans un bois du XVème siècle. Le charme mystique du sanctuaire est renforcé grâce à la lumière des bougies qui se reflète sur la grotte d’où goutte l’eau. Le paysage environnant évoque un profond sentiment de recueillement et de réflexion.

Le refuge peut être atteint en voiture. Du parking, le sentier avance à travers les bois en suivant les huit chapelles dédiées aux Mystères de la Vierge Marie et à l'histoire de la jeune fille.

Une fois sur le parvis de la grotte, on y trouve un petit temple entouré par la balustrade qui garde la statue. Le véritable lieu de culte est ouvert uniquement du lundi de Pâques jusqu'à la fin de l'été.


Continuer

Niché dans une zone difficile à atteindre, entre des arbres, des rochers, se dressant entre le profil effilé des montagnes environnantes, le sanctuaire donne sur un scénario qui combine paix, expérience sensorielle et prière.

Ce lieu mystique a son origine dans la période des luttes entre Guelfes et Gibelins, entre 1350 et 1440. Pour échapper à la violence, des résidents locaux se cachent dans une « corna busa », qui dans le dialecte local signifie « creux naturel ». L'un d'eux apporte la statue en bois de la Vierge Marie, qu’il oublie dans l'atrium de la grotte quand, échappé au danger, il retourne au pays.

Le culte de la Madonna della Grotta, seulement après appelée « Madonna della Cornabusa » date d'une époque successive, quand une jeune fille sourde-muette, arrivée là-bas tandis qu'elle emmenait les moutons au pâturage, découvre la statue et récupère miraculeusement la voix et l'ouïe.

La statue vénérée a une hauteur de quatre-vingts centimètres et elle a été sculpté dans un bois du XVème siècle. Le charme mystique du sanctuaire est renforcé grâce à la lumière des bougies qui se reflète sur la grotte d’où goutte l’eau. Le paysage environnant évoque un profond sentiment de recueillement et de réflexion.

Le refuge peut être atteint en voiture. Du parking, le sentier avance à travers les bois en suivant les huit chapelles dédiées aux Mystères de la Vierge Marie et à l'histoire de la jeune fille.

Une fois sur le parvis de la grotte, on y trouve un petit temple entouré par la balustrade qui garde la statue. Le véritable lieu de culte est ouvert uniquement du lundi de Pâques jusqu'à la fin de l'été.